Actualités

Toutes les actualités

La Drôme sans voiture

8 juin 2017 Mobilité douce Pratiques sportives Tourisme
La Drôme Tourisme (c) Lionel Pascale Aujourd'hui, la voiture reste le principal mode de déplacement pour les loisirs. Ne faisant pas exception à la règle, les déplacements en montagne sont encore dépendants de la voiture individuelle. Avec sa (...)
JPEG - 135.6 ko
Crédits photos
La Drôme Tourisme
(c) Lionel Pascale

Aujourd'hui, la voiture reste le principal mode de déplacement pour les loisirs. Ne faisant pas exception à la règle, les déplacements en montagne sont encore dépendants de la voiture individuelle.

Avec sa campagne Changer d'approche, Mountain Wilderness propose des modes de transport alternatifs afin d'accéder aux zones montagnardes différemment. Conscient des enjeux de la mobilité, le Département de la Drôme a créé un nouveau système de transport à la demande (TAD) en correspondance, permettant de faire le lien entre les pôles drômois et les zones peu desservies par les transports en commun. Ainsi, une nouvelle opportunité de mobilité pour (re)découvrir l'arrière-pays drômois et les Baronnies s'offre à vous !

Lors de vos trajets, ce service à la demande permet d'établir des correspondances avec le réseau de bus départemental / régional et les gares SNCF. Ouvert à toute la population, il vous faudra simplement présenter votre titre de transport afin de justifier votre correspondance avec un des réseaux pré-cités. Le TAD en correspondance est disponible du lundi au samedi de 6h à 21h, par réservation (à effectuer à l'avance).

Ce service vous permettra d'atteindre des régions jusqu'alors non accessibles en mobilité douce tels que les pays de Gervanne, Bourdeaux, Nyons, Dieulefit, Diois, Vercors et Baronnies. Partez à la découverte de villages patrimoniaux comme Châtillon-en-Diois, Saoû, Saint-Julien-en-Vercors, Luc-en-Diois, Montbrun-les-Bains...
Vous pourrez désormais arpenter en transports en commun ces terroirs et goûtez les meilleures Clairettes de France !

ALLER PLUS LOIN

- Télécharger la PDF - 3.7 Mo Plaquette TAD Drôme 2016
- Racontez votre sortie sans voiture en participant au concours Changer d'approche & gagnez les cadeaux de nos partenaires
- Partagez les bons plans écotourisme dénichés lors de vos virées
- Participez au week-end de randonnée-découverte les 24 et 25 juin : inscrivez-vous avant le 18 juin

JPEG - 47.4 ko

Vers une transition du tourisme en montagne

20 avril 2017 Tourisme
Partout dans nos montagnes, on constate que le tourisme basé quasi exclusivement sur l'industrie de la neige s'écarte chaque jour un peu plus de ses objectifs de départ. Parmi eux, trônait celui portant le noble projet social d'offrir une (...)

Partout dans nos montagnes, on constate que le tourisme basé quasi exclusivement sur l'industrie de la neige s'écarte chaque jour un peu plus de ses objectifs de départ.
Parmi eux, trônait celui portant le noble projet social d'offrir une expérience de la montagne aux populations des classes populaires (ce fut le cas par exemple à Courchevel). Aujourd'hui, dans ces stations réservées aux classes aisées et aux niches de touristes étrangers fortunés, ne subsistent de ce rêve fondateur que les impacts démesurés sur l'environnement et un cloisonnement grandissant.

Au-delà de la profonde perte de sens, on note que le système des stations s'enferme peu à peu dans un marché touristique hors-sol.
Face aux changements climatiques, pour maintenir le système en place, les stations se lancent dans une fuite en avant pour pallier au manque de neige, avec pour conséquence toujours plus d'aménagements, de canons à neige, de « disneylandisation » des montagnes… Une impasse à la fois environnementale et financière pour les territoires montagnards, mais aussi une négation de la richesse fondamentale de la relation des hommes à la nature montagnarde. Pourtant les aspirations de celles et ceux qui viennent en montagne sont fortes : recherche de sens, d'équilibre et d'épanouissement. Loin d'une seule consommation de glisse, c'est une quête d'authenticité, de beauté, de liberté que nous venons chercher. La montagne est un extraordinaire champ d'expérience de vie.

Parallèlement à cette quête de sens, on observe une disponibilité nouvelle de l'ensemble des acteurs de la montagne.
Face à l'enfermement dans l'ancien modèle, ils sont de plus en plus nombreux celles et ceux qui s'engagent dans une autre approche, expérimentent et inventent le modèle touristique de demain. Se pose alors la question du rôle de Mountain Wilderness face à cette mouvance d'innovation, encore diffuse.

Le simple fait de limiter la casse n'est aujourd'hui plus suffisant et satisfaisant. Cherchons à aller au-delà, en amenant notre association non seulement à dénoncer et empêcher cette destruction de nos montagnes, mais également à proposer concrètement une autre voie. Repensons tous ensemble, collectivement, ce tourisme. Redonnons-lui ses titres de noblesse, en l'enracinant dans la vie des vallées, en s'appuyant sur les savoirs-faire des femmes et hommes de ces territoires, en soutenant l'économie et la vie culturelle locales, en valorisant la vraie richesse de la montagne. Sachons dire non à toujours plus d'aménagements et portons l'énergie humaine existante. Car on ne part pas de rien : cet autre tourisme existe déjà, éparpillé un peu partout, en îlots isolés dont on n'entend pas parler. Il ne fait pas de bruit ce tourisme doux mais il représente pourtant 6,2 milliards sur les 11 produits chaque année en montagne … soit plus de la moitié.

Mountain Wilderness, de par sa position de point de repère dans le paysage des acteurs de la montagne, a un rôle crucial à jouer
Notre association est un formidable outil pour faire entendre la voix de cette multitude qui expérimente, s'engage et agit pour une montagne vivante. Mountain Wilderness se donne à cœur de rassembler ces innombrables énergies créatrices pour relever le défi de mettre la Montagne Debout ; d'encourager chacun, individuellement et collectivement, à reprendre confiance en sa capacité à faire vivre la montagne dans toute sa richesse naturelle et humaine.

RETROUVEZ LE MONTAGE VIDÉO DU DISCOURS DU PRÉSIDENT LORS DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 2 AVRIL 2017

Voyage dans les Alpes

7 février 2017 Tourisme
Un contrat de destination qui mise tout sur l'itinérance Répondant à l'appel d'offre [1] du Ministère des affaires étrangères intitulé « contrats de destination », la Grande traversée des Alpes (GTA), les chambres de commerce et d'industrie (CCI) et les (...)

JPEG - 73.6 ko

Un contrat de destination qui mise tout sur l'itinérance

Répondant à l'appel d'offre [1] du Ministère des affaires étrangères intitulé « contrats de destination », la Grande traversée des Alpes (GTA), les chambres de commerce et d'industrie (CCI) et les Régions Auvergne-Rhône-Alpes (ARA) et Provence-Alpes-Côtes-d'Azur (PACA), le Commissariat général à l'égalité des territoires des Alpes (CGET), et Atout-France ont monté le programme « Voyage dans les Alpes ».

L'objectif général de cette opération est de porter le développement d'une économie touristique durable sur les territoires des Alpes. Pour se faire, des produits touristiques référencés sur des grands itinéraires sélectionnés dans le massif (paniers de services touristiques) seront valorisés via ce contrat de destination. L'idée étant que les acteurs locaux s'en saisissent et captent la valeur ajoutée de la fréquentation de ces itinéraires, plutôt orientés autour de modes de déplacement doux (à pied, en vélo, à cheval, …) mais aussi en partie motorisés (itinéraire par la route).

Vers un tourisme 4 saisons pour la montagne ?

Le résultat attendu est l'accroissement de la notoriété du massif des Alpes en saison estivale, en soutenant le déploiement de la culture d'accueil des clientèles itinérantes. Cette opération est sans doute l'une des réponses possibles pour favoriser le tourisme diffus montagnard par opposition au tourisme concentré sur les stations de ski l'hiver, mais aussi l'été. Cela permettra également d'assurer la viabilité économique des acteurs de terrain en élargissant la durée de leurs activité, en marge des périodes de vacances, en fin de printemps et au début de l'automne, permettant in fine de vivifier l'ensemble du territoire alpin.

Ces itinérances se mettent progressivement en place, et il est d'ores et déjà prévu d'en mesurer les effets. Affaire à suivre !

- En savoir plus : www.voyage-dans-les-alpes.com


[1] Le montage de l'opération a été financée à 80 % par l'État (FNADT, CIMA, mesure 1.4 : 576 198 €) et à 20 % en autofinancement par les pilotes des volets de Voyage dans les Alpes.

Embarquement réussi !

24 janvier 2017 Mobilité douce Pratiques sportives Tourisme
Près de 150 passionnés se sont réunis le vendredi 20 janvier, à l'hôtel de ville de Grenoble, dans le cadre de la remise des prix des lauréats du concours Changer d'Approche 2016. Leur motivation : fêter la mobilité douce en montagne ! Comme l'a (...)

Près de 150 passionnés se sont réunis le vendredi 20 janvier, à l'hôtel de ville de Grenoble, dans le cadre de la remise des prix des lauréats du concours Changer d'Approche 2016. Leur motivation : fêter la mobilité douce en montagne !

Comme l'a rappelé Frédi Meignan, président de Mountain Wilderness France, nous sommes à un tournant concernant la prise de conscience du nécessaire changement d'approche, en montagne comme dans le reste de la société.
Le concours Changer d'Approche démontre depuis 10 ans qu'il est possible d'accéder aux espaces montagnards en transport en commun (train, bus…) pour vivre la richesse de ces territoires sans les impacter.

Cette soirée était l'occasion de récompenser les plus beaux de ces récits en mobilité douce, présentés pour cette 9e édition du concours. Les participants sont venus de toute la France : une Bretonne, des Pyrénéens et même un Savoyard ;-) ont fait le déplacement ou ont été représentés pour parler de leurs expériences.

Au total, ce sont 9 récits, dans 5 catégories (randonnée, escalade, alpinisme, ski et professionnel) qui ont été récompensés par le jury cette année. Chaque récit a permis à l'ensemble du public présent de rêver à ces beaux paysages à travers une approche différente du voyage. Même si une certaine organisation est nécessaire, d'après tous les lauréats, cette façon de voyager amène de nouvelles sensations et un sentiment de liberté, alors pourquoi pas nous ?

Les lauréats de la 9e édition

PRIX PROFESSIONNEL ENCADRANT
- Association Point d'Eau : Les sentiers de la dignité (Traversée du Vercors, de Chichilianne à St Nizier du Moucherotte, avec un public en situation de précarité) - voir la contribution - voir le montage photo - En savoir plus sur cette belle aventure

PRIX CLUB
- ESMUG-GUCEM : We Igloo (Manif aux Vans par le lac Achard et les lacs Robert) - voir la contribution - voir le diaporama

CATÉGORIE RANDONNÉE
- Prix 1 : Solène : Traversée des Alpes du Sud depuis la Bretagne (par la trans'alpes) - voir la contribution
- Prix 2 : Jérome, Colette, Loïc, Pierre, Laurent et Pascal : Traversée de la Slovénie en Rando-vélo (de Bled à Maribor par le Triglav, le Sud et les Alpes Kamniques) - voir la contribution - voir le diaporama

CATÉGORIE ESCALADE
- Nicolas et Virginie Les falaises pyrénéennes en transports en commun et vélo depuis la Gironde - voir la contribution

CATÉGORIE ALPINISME
- Prix 1 : Tuyen et Fabienne : Aiguille de la Grande Glière en Vanoise (en mobilité douce depuis Chambéry) - voir la contribution - voir le diaporama
- Prix 2 : Armel, Thomas et Sylvain : 7 Summits Company (enchaînement de 7 sommets à travers 7 pays alpins) - voir le site Internet du projet

CATÉGORIE SKI
- Prix 1 : Claire, Damien, Ariane, Seb, Nicolas, Adèle, Adélie, Gaspard, Simon & Zoé : Grande Traversée du Jura en ski nordique - voir la contribution - voir le diaporama
- Prix 2 : Vincent et Sébastien : Triple combo Vélo/Ski/Alpi en Vanoise ! - voir la contribution - voir la vidéo

HORS CATÉGORIE
- Le Tour de l'Isère : voyage de transition[s] - voir le site internet du projet - voir le diaporama

DÉCOUVREZ LE DIAPORAMA DE LA SOIRÉE

JPEG - 67.4 ko
JPEG - 98.1 ko
Merci également au Refuge Adèle Planchard, au Chalet du Lys, au Gite des Landagnes, à l'Auberge La Turra, au Gîte de la Colle, au Refuge du Promontoire, au Refuge des Cortalets, au Refuge La Soldanelle et au Café Concert Cantine Montagnarde La Gelinotte.

Le 20 janvier : fêtons la mobilité douce en montagne !

3 janvier 2017 Mobilité douce Pratiques sportives Tourisme
En 2016, près de 350 amoureux des hauteurs ont tenté l'aventure de la montagne sans voiture, dans le cadre du concours « Changer d'Approche ». Pour valoriser et féliciter les participants, Mountain Wilderness vous donne rendez-vous à l'Hôtel de Ville (...)

En 2016, près de 350 amoureux des hauteurs ont tenté l'aventure de la montagne sans voiture, dans le cadre du concours « Changer d'Approche ». Pour valoriser et féliciter les participants, Mountain Wilderness vous donne rendez-vous à l'Hôtel de Ville de Grenoble, le 20 janvier 2017 à 19h pour une soirée « évasion » et la remise des prix aux lauréats. L'occasion pour tous de voyager en écoutant les plus beaux récits de sorties en transport doux ! L'entrée est libre et gratuite pour tous.

JPEG - 297.3 ko

DÉROULEMENT DE LA SOIRÉE DE REMISE DES PRIX

Cette 9e édition du concours Changer d'Approche, porté par Mountain Wilderness, a permis une nouvelle fois d'enrichir les bases de données d'itinéraires permettant de réaliser des sorties montagne en mobilité douce via les transports en commun (train, tram, bus, transport à la demande).

130 contributions ont été enregistrées ! La soirée du vendredi 20 janvier est l'occasion de venir découvrir les récits, vidéos et photos des lauréats de cette édition. Un buffet montagnard offrira un moment privilégié pour discuter avec les participants !

A l'occasion de cette édition 2016, ce sont près de 28 000 kilomètres qui ont été réalisés et près de 4 tonnes de CO2 économisés. Bravo à tous les participants !

Les prix 2016

8 prix récompenseront les meilleures contributions classées dans différentes catégories :
- Randonnée
- Escalade
- Alpinisme
- Ski
- Club

Ces itinéraires vous emmèneront des Alpes aux Pyrénées, en France mais aussi à l'étranger… ! A vélo, en train, à pied, tous ces récits vous donneront peut-être envie de vous essayer à une escapade sans voiture !

CHANGER D'APPROCHE POURQUOI ?

Depuis 10 ans, attirant toujours de plus en plus de monde, ce concours permet de partager et d'échanger autour d'une autre façon d'aller en montagne. Une approche innovante et agréable pour réinventer nos pratiques.
Tout est possible si on en a la volonté : ralentir pour pouvoir mieux contempler la montagne et sa splendeur. Changer d'Approche, c'est découvrir de nouveaux horizons, à la rencontre des acteurs locaux, et participer à l'économie locale montagnarde.
Les pionniers de la mobilité douce en montagne nous montrent le chemin : soyons audacieux, ces sorties autrement sont accessibles à tous !

>> COVOITURER ET SE LOGER POUR LA SOIRÉE DU 20 JANVIER <<

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE CHANGER D'APPROCHE

- Le portail changerdapproche.org recense plus de 15 000 itinéraires et plus de 2 000 accès desservis par les transports en commun. Ajoutez-y votre trace !
- En savoir plus sur le concours Changer d'approche
- La collection de brochures 10 idées de sorties montagne sans voiture
- La vidéo Changer d'approche, la montagne autrement !

JPEG - 67.4 ko
JPEG - 98.1 ko
Merci également au Refuge Adèle Planchard, au Chalet du Lys, au Gite des Landagnes, à l'Auberge La Turra, au Gîte de la Colle, au Refuge du Promontoire, au Refuge des Cortalets, au Refuge La Soldanelle et au Café Concert Cantine Montagnarde La Gelinotte.

Nos 600 coeurs ont gagné !

16 décembre 2016 Tourisme
Le 25 novembre dernier, la commune de Chamrousse présentait en Commission UTN [1] de Massif un projet de restructuration du Recoin, l'un des trois pôles de sa station de ski, avec Roche-Béranger et Bachat-Bouloud. Une restructuration jugée (...)

JPEG - 155.5 ko

Le 25 novembre dernier, la commune de Chamrousse présentait en Commission UTN [1] de Massif un projet de restructuration du Recoin, l'un des trois pôles de sa station de ski, avec Roche-Béranger et Bachat-Bouloud.
Une restructuration jugée nécessaire car en dehors de la reprise de l'ancienne gare du téléphérique et de la construction d'un nouvel office de tourisme, le site du Recoin a plutôt mal vieilli, avec un schéma de fonctionnement obsolète, notamment au niveau de la circulation automobile qui vient perturber le fonctionnement du front de neige.
Un projet d'urbanisme ambitieux a été retenu par la commune, qui comprend un certain nombre de construction nouvelles, résidences de tourisme, hôtellerie, commerces, services, salle multimédia, centre « balnéotonique », espaces de séminaires et de coworking... ainsi que de l'habitat permanent.

Chamrousse abandonne ses projets d'extension du domaine skiable !

L'un des enjeux qu'il nous fallait porter lors de l'examen de ce dossier —outre les questions habituelles liées à la gestion de l'eau par exemple― est celui de la compatibilité du domaine skiable avec les hébergements projetés. En gros, la question posée fut : « Chamrousse veut elle toujours agrandir son domaine skiable ? Ce projet d'urbanisme servira t'il à justifier un tel agrandissement ? »
On se rappelle en effet des déclarations récurrentes de son maire quant à sa volonté d'équiper le secteur des Vans et de la mobilisation que cela avait créé.
Lire nos articles :
- Extension de Chamrousse : un pas vers les Vans, un recul d'un siècle
- 600 cœurs à l'unisson pour les Vans !

A la question directe que nous leur avons posé, les représentants de la station ont clairement répondu : « Chamrousse a un domaine skiable sous exploité par rapport à la clientèle. A terme, il sera nécessaire de renfoncer la liaison entre le Recoin et Roche-Béranger en intégrant les enjeux de mobilité durable, donc sans doute par télésiège. Mais il n'est pas question d'étendre le domaine skiable. »

Une très bonne nouvelle pour tous les amoureux du vallon des Vans et du massif de Belledonne : nos 600 cœurs ont été entendus !
Et de ce fait, nous avons validé avec les autres membres ce projet de restructuration du secteur du Recoin. Mountain Wilderness est complétement disposé à travailler avec la mairie de Chamrousse pour réfléchir à un tourisme de montagne tourné vers l'avenir !


[1] Unité Touristique Nouvelle

La montagne en boîte ?

30 novembre 2016 Tourisme
« Le projet de Tignes est un projet en accord total avec les nouvelles tendances de consommation des loisirs en montagne. Il apporte le niveau de service sur mesure en montagne en gommant tous les aspects rudes et rebutants que ce milieu englobe (...)

« Le projet de Tignes est un projet en accord total avec les nouvelles tendances de consommation des loisirs en montagne. Il apporte le niveau de service sur mesure en montagne en gommant tous les aspects rudes et rebutants que ce milieu englobe (froid, pente, difficulté, etc.). Il permet de vivre une expérience de pleine nature dans un cocon de confort et de services intégrés. »

Ce sont les arguments mis en exergue dans le dossier présenté ce 25 novembre 2016 devant la commission UTN (Unités touristiques nouvelles) du Massif des Alpes par la commune de Tignes. Ce dossier présente notamment un projet de « complexe Ski-Line » comprenant une piste de ski indoor, permettant de skier à l'année (comme cela se fait déjà de par le monde en ville, Dubaï étant un exemple éloquent) et un bassin à vagues au pied de la piste de ski, permettant la pratique du surf (nautique, ce qui « renforce le caractère insolite du programme », dixit le dossier). Le tout est complété par un restaurant-bar « offrant une vue panoramique sur les montagnes, la vague de surf et la piste de ski ».

QUAND LA MONTAGNE SE PASSE DE LA MONTAGNE

Mountain Wilderness dénonce la philosophie de l'installation d'un tel centre de loisir « hors sol » au cœur des montagnes (lire notre article du 23 novembre « Projet "Ski-Line" à Tignes : Dubaï en Tarentaise ! ». En effet, ce projet est le stade ultime de l'absurdité, de l'anti-montagne absolu : nier la montagne sur son propre territoire !

JPEG - 173.5 ko

10 VOIX "POUR" 2 VOIX "CONTRE"

Pourtant, les membres de la commission UTN ont largement voté un avis favorable à ce projet.
Hormis celles des associations, aucune voix ne s'est exprimée contre ce projet. Une seule élue a repris nos interrogations relatives à l'avenir de nos montagnes. Cela n'a pas suffit à engager un débat sur les questions de fond, sur l'image que l'on donne des montagnes et des activités qu'on y pratique. « Voilà où nous mène l'argent » osera pourtant s'exclamer l'un des membres de la commission... mais en « off », la veille de la réunion !

Ce vote très largement majoritaire interpelle sur la vision portée par les représentants du monde de la montagne de leur territoire et sur son avenir. Aussi, face aux conséquences des changements climatiques en cours (le glacier de Tignes a perdu 30 % de sa surface skiable en été, et risque d'en perdre autant dans les 10 ans à venir), il semblerait qu'assurer la skiabilité 365 jours par an justifie tous les artifices.

LES ASPIRATIONS SONT POURTANT AILLEURS

Il interpelle aussi sur le décalage entre les fameuses « élites » et le monde réel : la quasi totalité des réactions aux articles parus sur ce projet le rejettent ; c'est le cas aussi de l'immense majorité des acteurs qui vivent la montagne au jour le jour que nous avons interrogé.

Un rejet aussi fort que celui qu'avait soulevé début 2016 le projet d'extension du domaine skiable de Chamrousse vers les sommets des Vans. La mobilisation "des amoureux de la montagne" a été extraordinaire : plus de 600 personnes se sont rassemblées à 2400 m pour former un cœur dans le vallon menacé. Ainsi, ce vendredi 25 novembre, lorsque le représentant de Mountain Wilderness a demandé aux élus de Chamrousse présents à la commission UTN, si le projet de restructuration immobilière du Recoin (pour lequel ils sollicitaient également une autorisation de l'État) était susceptible de nécessiter une extension du domaine skiable, la réponse a été très claire : « nous avons un domaine skiable sous-exploité, il n'est pas question de l'étendre. »

NE LAISSONS PAS TIGNES METTRE LA MONTAGNE EN BOÎTE !

Á Chamrousse, la mobilisation a payé. Partout, il est grand temps que les "gens de la montagne" et la société civile, se lèvent pour que les véritables richesses de nos montagnes soient valorisées, protégées et partagées, pour que l'humanité puisse encore s'émerveiller... !

JPEG - 141.3 ko

La montagne sans voiture à partir de Lyon !

28 novembre 2016 Mobilité douce Pratiques sportives Tourisme
Dans le cadre de sa campagne Changer d'approche, en faveur de l'écomobilité et de l'écotourisme, Mountain Wilderness a développé une collection de publications présentant des idées de sorties en montagne sans voiture. Chacune de ces brochures est (...)

JPEG - 211.1 ko

Dans le cadre de sa campagne Changer d'approche, en faveur de l'écomobilité et de l'écotourisme, Mountain Wilderness a développé une collection de publications présentant des idées de sorties en montagne sans voiture. Chacune de ces brochures est consacrée à un territoire spécifique, au départ d'une « ville porte » ou à destination d'un massif.

Après l'Isère, le Mercantour, les Pyrénées orientales, les Hautes-Alpes et à partir d'Annecy, autour de Barcelone et autour du Mont-Blanc, c'est à partir de Lyon que nous proposons des itinéraires en randonnée pédestre, kayak, VTT, raquette et ski de randonnée avec cette 8e brochure.

- Découvrez la brochure PDF - 2.7 Mo 10 idées de sorties montagne sans voiture à partir de Lyon (Ces dix propositions de sorties sont présentées plus en détail sur le site Internet lyon.changerdapproche.org)
- Retrouvez toute la collection des "10 idées de sorties montagne sans voiture"
- Retrouvez d'autres idées d'itinéraires accessibles en transports en commun sur le portail www.changerdapproche.org, avec près de 15 000 itinéraires réalisables sans voiture !

CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE AVEC LE SOUTIEN DE :

JPEG - 56.1 ko

Projet « Ski-Line » à Tignes : Dubaï en Tarentaise !

23 novembre 2016 Tourisme
« La station de Tignes a largement construit son image autour de la possibilité de skier 365 jours par an grâce à son glacier – image de sportivité qu'elle a ensuite déclinée autour des stages de préparation physique en altitude destinés aux équipes (...)

JPEG - 289.7 ko

« La station de Tignes a largement construit son image autour de la possibilité de skier 365 jours par an grâce à son glacier – image de sportivité qu'elle a ensuite déclinée autour des stages de préparation physique en altitude destinés aux équipes internationales de sports collectifs. Le dernier projet en date d'une académie du ski promue par des Anglais, et qui a fait l'objet d'une autorisation UTN en avril 2016, va dans ce sens.
Or la fonte du glacier, comme de tous ceux des Alpes, remet en cause ce positionnement distinctif et les nombreux investissements en installations sportives que la station a réalisés ces dernières années. »

C'est dans ce contexte, rapporté ici avec les mots d'Atout France [1], que la commune de Tignes a lancé le projet d'une piste de ski couverte ouverte à l'année : la « Ski-Line ». Couplé à la création d'un Club Med à Val Claret, ce projet « d'Unité touristique nouvelle » (UTN) sera présenté ce vendredi 25 novembre 2016, aux membres de la Commission des UTN du Massif des Alpes, dont MW fait partie, afin qu'ils éclairent l'État —en la personne du préfet coordonnateur de Massif― quant à l'opportunité d'autoriser une telle opération d'urbanisme.

Quand la montagne se passe de la montagne

Ce projet est le stade ultime de l'absurdité, de l'anti-montagne absolu : énergivore, consommateur d'eau, il est à l'opposé d'un développement durable et participe à la mort de la montagne par le réchauffement climatique et l'artificialisation de la nature. Il met la montagne en boite, hors sol, encore plus qu'elle n'était : il bafoue les valeurs de la montagne, les grands espaces, le libre accès, les rythme naturels. Il montre que la montagne peut se passer de la montagne.
Le « benchmarking » de ce projet — la comparaison avec ce qui se fait ailleurs dans le genre―, est d'ailleurs révélateur : des ski-dômes, il y en a à Madrid, La Haye, Manchester... et à Dubaï, le plus connu car le plus absurde. Tignes pense le détrôner en poussant le bouchon plus loin encore : faire une montagne artificielle... à la montagne !
Cerise sur le gâteau (il faut bien se démarquer de la concurrence), le ski-dôme intégrera également un produit « surf indoor ». Eh oui, comme dans le centre Aquamotion de Courchevel (au temps pour l'originalité), vous pourrez à terme surfer sur une vague artificielle éternelle... Tout cela pour la modique somme de 63 millions d'Euro. Hors taxes.

JPEG - 162.3 ko

Ne nous leurrons pas, si ce projet était accepté, il poussera les concurrents à faire plus grand, plus fort, forcement. Tous n'en auront pas les moyens, mais certains le pourront. Cette piste est longue de 400m, la prochaine en fera 500.
Pour toutes ces raisons, Mountain Wilderness est résolument opposé à ce projet de « Ski-Line », l'artificialisation ultime de la montagne.
Dubaï singeait les Alpes ; la Tarentaise se met à copier Dubaï !


[1] Agence de développement touristique de la France

Esprit parc national en Vanoise

21 septembre 2016 Tourisme
Initié en 2015 par les dix Parcs Nationaux Français, la marque Esprit parc national va officiellement voir le jour en Vanoise à l'occasion d'une cérémonie de lancement le vendredi 23 septembre aux Belleville (Chambéry). Cet événement sera l'occasion (...)

PNG - 341.4 ko

Initié en 2015 par les dix Parcs Nationaux Français, la marque Esprit parc national va officiellement voir le jour en Vanoise à l'occasion d'une cérémonie de lancement le vendredi 23 septembre aux Belleville (Chambéry).

Cet événement sera l'occasion de présenter et préciser les contours et l'identité de cette marque ainsi que ses perspectives de déploiement dans le Parc national de la Vanoise, en présence d'André Plaisance, maire des Belleville et de Christophe Roulier, vice-président du conseil d'administration du Parc national et représentant de Mountain Wilderness. Les premiers bénéficiaires de la marque, un apiculteur et des accompagnateurs en montagne, témoigneront également de leur engagement dans cette démarche.

Suivra prochainement de nouveaux appels à candidature, auprès notamment d'hébergeurs et de prestataires de sorties découvertes, pour l'obtention de la marque en 2017.

Esprit Parc National, qu'est-ce que c'est ?
L'objectif initial de la marque collective « Esprit parc national » est de fédérer et soutenir les acteurs économiques des territoires mais aussi, sensibiliser le consommateur aux valeurs d'authenticité, de respect, de partage, d'engagement et de vitalité portées par les parcs nationaux depuis plus de 50 ans. Elle met donc en valeur des produits et services imaginés et créés par des hommes et des femmes qui s'engagent dans la préservation et la promotion de ces territoires d'exception. Enfin, la marque Esprit parc national est aussi porteuse d'un message de solidarité en privilégiant l'économie locale.

ALLER PLUS LOIN

- Site internet de la marque : www.espritparcnational.com
- Site internet du Parc national de la Vanoise : www.vanoise-parcnational.fr